Gueule d'amour

4/5
Parution 4 mai 2012
Pages 110
Genre BD Indépendante
Éditeur LA BOITE A BULLES
Résumé
1918, la guerre est finie, la paix est signée. Outre les familles des 1.375.800 morts et disparus, la patrie française doit s'occuper des 4.266.000 blessés. Parmi eux se trouvent 10 à 15.000 mutilés de la face. Les « gueules cassées », comme on les appellera. Insensible aux médailles qu'on lui propose, notre héros découvre, jour après jour, les réalités de sa nouvelle « condition ». Mi-homme, mi-curiosité, il tente de survivre à la violence du regard d'autrui. En particulier celui des femmes (dont la sienne) qui préfèrent lui tourner le dos en toutes circonstances. Si les compagnies un peu trop compatissantes ou la visite de bordels spécialisés permettent de réguler certains besoins physiques, les besoins de l'âme, eux, ont bien du mal à trouver satisfaction. Un beau jour, il rencontre Sembene, un colosse d'origine Africaine. Une drôle de « gueule », lui aussi, avec ses dents taillées en pointe. Entre les 2 compères, c'est un partage d'expériences en tous genres qui démarre. Un travail de fiction remarquable mené par Aurélien Ducoudray, par ailleurs journaliste spécialisé dans les documentaires et mis en scène par une jeune auteure de dessins animés. Un récit poignant sur des êtres hors normes, meurtris dans leur chair pour leur pays et pourtant soumis à la violence du regard de leurs compatriotes. Des « broyés » de la guerre qui ont gardé la vie, mais pour vivre un nouveau cauchemar. Une plongée sans concession dans le douloureux processus d'acceptation du handicap facial par les gueules cassées, mais aussi dans les dérives d'une société partagée entre curiosité, compassion et dégoût.

Détails

Avis et notes

4,00 1 note
5 étoiles 0%
4 étoiles 100%
3 étoiles 0%
2 étoiles 0%
1 étoile 0%
Lauriane
Lauriane Publié le
4/5
Si chaque année, le 11 novembre est synonyme de jour férié, parfois de pont et week-end prolongé, il devrait également nous rappeler que des hommes y ont péri, perdu des membres, leurs âmes et même leurs visages. Une plongée bouleversante dans la peau d'une de ses « gueules cassées ».
Si chaque année, le 11 novembre est synonyme de jour férié, parfois de pont et week-end prolongé, il devrait également nous rappeler que des hommes y ont péri, perdu des membres, leurs âmes et même leurs visages. Une plongée bouleversa…

Dans le même genre

dismemberland
Antoine Crampe
melo bielo ; mélodrame biélorusse
Olivier Besseron / Frederic Felder
Balthazar
Schalken,Tobias Tycho
1 avis
syndrome de Warhol
David Cren / Renaud Cerqueux