Libération, nos années folles (1980-1996)

Pochep (Dessin, Couleurs) | Gérard Lefort (Scénario) | Marie Colmant (Scénario)

4.67/5
Parution 21 sept. 2022
Pages 176
Format Couverture rigide
Genre Roman graphique
Éditeur CASTERMAN
Résumé
Au début des années 80, Libération s'impose comme le quotidien le plus important du paysage culturel français. Tout juste embauchés, Marie Colmant et Gérard Lefort écrivent à un rythme effréné et vont affirmer un style : interviews de stars (Clint Eastwood, Belmondo, Line Renaud), compte-rendus de défilés de mode (Gaultier, Lacroix) et réunions de rédaction parfois houleuses font partie du quotidien.Dans ce récit au long cours illustré par le trait vibrionnant de Pochep, Marie et Gérard font le portrait d'un journal drôle et paradoxal, où des personnages hauts en couleur s'invectivent à coups de bons mots. Ces années folles, qui sont aussi celles du Sida et de Tchernobyl, dessinent une comédie humaine attachante, inattendue... et so eighties !

Détails

Avis et notes

4,67 3 notes
5 étoiles 67%
4 étoiles 33%
3 étoiles 0%
2 étoiles 0%
1 étoile 0%
Benoît Cassel
Benoît Cassel Publié le
4/5
Deux journalistes des pages culture de Libération, dépeignent l’actualité de ce grand quotidien qui a enflammé les années 80 et 90 sous son directeur emblématique, Serge July. Une chronique fine et drôle sur une période enchantée.
La Rédaction
La Rédaction Publié le
5/5
Au début des années 80, le quotidien Libération a le vent en poulpe. Dirigé de main de maître par l’inoxydable Serge July, la rédaction du journal est un vivier de talents pour la plupart encore inconnus comme Gérard Lefort ou Marie Colmant, scénaristes du présent album. Les conférences de rédaction sont épiques, les journalistes s’invectivent, les bons mots et les idées fusent. La liberté d’expression est totale, Serge July valide les angles et les sujets, sans prêter plus d’attention que cela aux droits d’auteurs, par exemple quand il utilise des dessins de Tintin sans permission pour le numéro spécial hommage à Hergé disparu en 1983. Ce numéro dont la une titrait « Tintin est mort » est devenu iconique et marqua le début de la notoriété de Libération pour ses numéros nécros. En 1987, Libération quitte la rue Christiani pour la rue Béranger à côté de République. Cela coïncide avec l’arrivée de l’ordinateur pour les journalistes... Les années folles de Libération sont aussi celles du Sida et de Tchernobyl, qui vaudra d’ailleurs son nom au faux critique de la rubrique cinéma : Bill Chernaud (Tchernobyl en verlant). Cet album fait un bien fou, il nous replonge dans ces années où l’on savait être irrévérencieux, drôles, non politiquement corrects, où l’on s’en fichait de son image !
Au début des années 80, le quotidien Libération a le vent en poulpe. Dirigé de main de maître par l’inoxydable Serge July, la rédaction du journal est un vivier de talents pour la plupart encore inconnus comme Gérard Lefort ou Marie Co…
Thomas
Thomas Publié le
5/5
L'Âge d'or du journal Libération vu par ceux qui l'ont vécu... C'est hilarant quelque soit votre avis sur Libé. En fait, le tour de force est tel que les amateurs aimeront encore plus le journal après la lecture de ce livre alors que ses détracteurs seront confortés dans leur détestation. Mais je crois que tous auront bien ri !
L'Âge d'or du journal Libération vu par ceux qui l'ont vécu... C'est hilarant quelque soit votre avis sur Libé. En fait, le tour de force est tel que les amateurs aimeront encore plus le journal après la lecture de ce livre alors que s…

Dans le même genre

Hieronymus bosch
Marcel Ruijters
1 avis
Goya, le terrible sublime
El Torres / Galan
3 avis
La vie gourmande
Aurelia Aurita
2 avis
BDFugue loves
On la trouvait plutôt jolie
Michel Bussi / Joel Alessandra
3 avis