Les mains de ginette

4,0
4
4 avis
Auteurs : 

Olivier Ka (Scénario) / 

Marion Duclos (Dessin)

Date de parution : 24 Mars 2021

Genre : Roman graphique
Voir plus
Ajouter à mes envies

BDfugue

Retrait en librairie

Vendez le votre

4 avis

4,0

4,0
4,0
basé sur 4 notes
  • avatar

  • Y. Machado de BDGest

    En résumé, la comédie dramatique de paluches, Les mains de Ginette, est à la fois joliment enluminée et aisément narrée !

    Lire plus
  • avatar

  • La Rédaction de BD CAF'MAG

    L’histoire commence au joli mois de mai 1962 à Bournaboeuf, une paisible petite bourgade où l’un de ses commerces est le paradis de la ménagère. La droguerie Gavoche, tel est son nom, est surtout réputée pour son rayon gants en caoutchouc, car selon Marcelin Gavoche, rien n’est plus précieux que les mains des femmes. Un jour, Ginette Faillard pousse la porte de la droguerie à la recherche d’un déboucheur d’évier. En bon commerçant, Marcelin s’empresse d’aider la jeune femme et lui conseille d’acheter des gants pour manipuler le produit. Lorsque celle-ci lui montre ses mains, il tombe immédiatement amoureux d’elle. Les deux amoureux se marient avec la bénédiction de tous les habitants de Bournaboeuf. Puis, le temps passe, et Ginette montre de plus en plus un nouveau visage, celui de la jalousie maladive… Cet album qui commence comme un conte de fée, s’avère un récit glaçant sur le thème de la jalousie poussée à son paroxysme.

    Lire plus
  • avatar

  • Yoann de L'ivresse des Bulles

    Ginette n'a pas toujours été surnommée La crabe à cause de ses mains terriblement saccagées. Elle n'a pas toujours été cette vieille femme, pauvre et que tout le monde regarde avec méfiance. Et ce n'est pas simplement une femme qui a vieilli. L'histoire est toute autre. Ginette, plus jeune, avait des mains magnifiques, les plus belles de toute la ville. D'ailleurs, ce sont d'elles que Marcelin est tombé amoureux. Lui, c'est le propriétaire de LA droguerie de la ville. Il y avait tout dans son magasin mais surtout il y avait des gants pour protéger les mains des femmes. Ils se sont mariés, comblés d'amour. Leur bonheur rayonnait sur tous. Mais il est vite devenu éphémère et la jalousie est venue les frapper de plein fouet. --- Et comme disent les Rita Mitsouko...les histoires d'amour finissent mal en général !!! --- Avec cette BD, le lecteur rit, il sourit, il est en colère et il est triste. Le scénario d'Oliver Ka est bien campé. Il est précis et l'évolution de l'histoire est bien dosée. Elle n'est ni trop lente ni trop rapide. Les sentiments changent, évoluent, la jalousie s'immisce comme un cancer, pour grignoter l'amour et le détruire. Il en est de même pour le dessin, il traduit à merveille les sentiments et surtout les changements d'humeur de chaque personnage. --- Un sujet très peu abordé sous cet angle là, un très bon scénario, le dessin expressif, qui colle parfaitement à l'ensemble, donne au final une très belle lecture que je vous conseille. --- Si comme moi vous aimez les clins d'œil, j'ai beaucoup aimé celui qu'Olivier Ka a fait à Alfred !

    Lire plus
  • avatar

  • Baptiste Lépine de Avoir-Alire

    Lorsqu’un conte urbain vire au drame humain.

    Lire plus

Détail

  • Album : LES MAINS DE GINETTE
  • Date de parution : 24 Mars 2021
  • Type de récit : Histoire complète
  • Référence : 9782413019480
  • Reliure : Couverture souple
  • Nombre de pages : 96
  • Poids : 538 g.
  • Dimensions : 26,5 x 20,0 cm
  • Langue : Français
  • Editeur : Delcourt
  • Collection : Mirages
  • Auteurs : 

    Olivier Ka (Scénario) / 

    Marion Duclos (Dessin)

  • Pieter et le lokken

    Olivier Ka / 

    Olivier Supiot

  • Capitaine Fripouille

    Olivier Ka / 

    Alfred

  • Pieter et le Lokken

    Olivier Ka / 

    Olivier Supiot

  • le magasin des suicides

    Olivier Ka / 

    Domitille Collardey

    ...
  • pourquoi j'ai tué pierre

    Olivier Ka / 

    Alfred

    ...
  • L'ange ordinaire

    Olivier Ka / 

    Mélaka

  • c'est l'homme qui dit qu'y est

    Olivier Ka / 

    Emmanuelle Richard

  • monsieur rouge entre en scène

    Olivier Ka / 

    Alfred