Une féministe révolutionnaire à l'atelier - L'envers de Renault Flins

Philippe Guillaume (Scénario) | Elena Vieillard (Dessin) | Fabienne Lauret (Scénario)

4/5
Parution 14 sept. 2022
Pages 144
Genre BD Documentaire
Éditeur LA BOITE A BULLES
Résumé
Comme d'autres "établis" - démarche amorcée à la suite de mai 1968 et visant à faire entrer des militants révolutionnaires dans les usines - Fabienne Lauret se fait embaucher aux usines Renault-Flins, dans les Yvelines, le 3 mai 1972. Son engagement pour la cause ouvrière, à l'instar de nombreux établis, deviendra très vite la trajectoire de toute une vie. Elle passera ainsi plus de trente-six ans à l'atelier de couture et au comité d'entreprise de l'usine. Dans cette BD coscénarisée par Philippe Guillaume, Fabienne Lauret retrace une vie de luttes syndicales et féministes, de l'obtention du samedi comme jour de congé au droit à des conditions de travail et salaires décents. Véritable journal d'usine des années 1970 à 1990, ce témoignage raconte la condition ouvrière et les discriminations sexistes qui révoltaient Fabienne, sans oublier le racisme omniprésent envers les nombreux immigrés qui occupaient les postes les plus pénibles. Un témoignage tout à la fois personnel, intime, sociologique et historique, à l'heure où la menace d'une fermeture plane sur Renault Flins... Préface de l'historienne Ludivine Bantigny.

Détails

Avis et notes

4,00 1 note
5 étoiles 0%
4 étoiles 100%
3 étoiles 0%
2 étoiles 0%
1 étoile 0%
La Rédaction
La Rédaction Publié le
4/5
Dans cet album co-écrit par la protagoniste de cette histoire vraie, Fabienne Lauret raconte comment est né son sentiment syndicaliste et féministe. Etudiante en philosophie à Paris IV, elle décide par choix politique d’intégrer en 1972 l’usine Renault de Flin où elle est embauchée comme mécanicienne à la couture des sièges. On lui remet sa carte d’usine, sorte de carte d’identité de l’usine, et qui comporte son matricule, symbole de déshumanisation. Quand elle est suffisamment rodée elle prend sa place dans la « chaîne » aux côtés des autres ouvrières. La cadence est soutenue, d’autant que travailler en 2x8 n’est pas évident… Ce récit est donc celui d’une vie de luttes syndicales et féministes (entre les années 70 et 90), avec quelques victoires comme le samedi devenu un jour de congé ou encore la modernisation des outils de production. Pendant toutes ces années, Fabienne a ressenti jusque dans sa chair la violence de la lutte des classes.
Dans cet album co-écrit par la protagoniste de cette histoire vraie, Fabienne Lauret raconte comment est né son sentiment syndicaliste et féministe. Etudiante en philosophie à Paris IV, elle décide par choix politique d’intégrer en 197…