Les petits riens de Lewis Trondheim tome 9 - Les chemins de désir

Lewis Trondheim (Scénario, Dessin, Couleurs)

3.5/5
Parution 24 janv. 2024
Pages 128
Format Couverture souple
Genre Humour BD
Éditeur DELCOURT
Résumé
La police des mots fléchés absente quand on a besoin d'elle, l'importance d'une valise bien faite, le danger des miroirs grossissants, l'utilisation de bouchons d'oreille en plein désert... autant d'instantanés du quotidien habilement révélés par Lewis Trondheim pour nous dessiner une cartographie de ses dernières années, pleine d'autodérision et de perspicacité.

Détails

Avis et notes

3,50 2 notes
5 étoiles 0%
4 étoiles 50%
3 étoiles 50%
2 étoiles 0%
1 étoile 0%
BDCAF'mag
BDCAF'mag Publié le
4/5
Les chemins de désir sont des chemins tracés dans les espaces verts à mesure du passage des habitants,
qui dessinent ainsi leurs trajets quotidiens, comme une résistance à la rigueur de la carte tracée par
l’urbanisme. Un titre bien trouvé pour le 9 e opus des Petits riens, l’auteur, en posant son regard plein
d’autodérision et de perspicacité sur le quotidien, ne fait-il pas un acte de résistance qui permet de rendre
le monde un peu meilleur ? En infatigable dessinateur-globe-trotter, Lewis Trondheim consigne dans des
carnets ses chroniques du quotidien autour du monde. Il observe les jardins des particuliers dotés de
pompes à pétrole à Huntington Beach, rend compte de l’absurdité d’une journée pas rigolote pour
défendre les droits des auteurs alors que plein de journalistes lui demandent des dessins gratuits, ou
encore d’une expo où est diffusée une musique trop forte qui empêche les gens de se parler.
Contrairement aux précédents volumes, ces Petits riens expriment davantage le temps qui passe…
Sagesse ou misanthropie ? Allez savoir…
Les chemins de désir sont des chemins tracés dans les espaces verts à mesure du passage des habitants,
qui dessinent ainsi leurs trajets quotidiens, comme une résistance à la rigueur de la carte tracée par
l’urbanisme. Un titre bien …
A. Perroud de BDGest
A. Perroud de BDGest Publié le
3/5
Depuis plus de trente ans, Lewis Trondheim propose une sorte d’autoportrait sincère et honnête servant également de miroir, un peu déformant il est vrai, de nos propres vies. Ce faisant, il rappelle surtout l’importance de savoir s’arrêter et de prendre quelques minutes afin de regarder ce qui nous entoure. Avec un peu de chance ou, au pire, un peu d’imagination, des surprises seront au rendez-vous.","
Depuis plus de trente ans, Lewis Trondheim propose une sorte d’autoportrait sincère et honnête servant également de miroir, un peu déformant il est vrai, de nos propres vies. Ce faisant, il rappelle surtout l’importance de savoir s’arr…