Kid Paddle tome 13 - slime project

Midam (Scénario, Dessin)

3.25/5
Parution 14 nov. 2012
Pages 48
Format Couverture rigide
Éditeur GLENAT
Résumé
Il a fallu patienter 4 ans entre le tome 11 et le tome 12. Pour le tome 13, une seule année aura suffi. En effet, c'est un Midam en pleine forme, boosté par le dynamisme de la jeune maison d'édition MAD Fabrik qu'il a co-fondée en 2010, que l'on retrouve tout au long de cet album . Midam, s'il reste fidèle à l'esprit de la série, nous offre néanmoins de multiples surprises et nouveautés. Un album charnière à ne pas manquer.

Détails

Avis et notes

3,25 4 notes
5 étoiles 0%
4 étoiles 25%
3 étoiles 75%
2 étoiles 0%
1 étoile 0%
Auray
Auray Publié le
3/5
Kid Paddle le treizième, impose sa couverture verte dégoulinante des Blorks. « Slim project » en est le titre anglais sur un air de modernité voulu. L'auteur Midam, à travers Mad Fabrick, sa propre société d'édition, nous appelle pour jouer de la manette de jeux avec lui. On retrouve ce qui fait le succès de la série : les gags avec le guerrier avatar, qui a toujours, je le rappelle, sa propre bd, dans « game over ». On a également un papa qui est en décalage total, et parlons aussi de l'envie du garçon de faire crier sa soeur en horreur à chaque fois qu'il la croise, ou encore, les copains, surtout Horace, qui par exemple, n'en manque pas une pour essayer de rentrer au cinéma voir des films d'horreur interdits pour son âge. Si Midam signe les trois quarts des planches, quelques-unes sont issues d'idées mises sur son site par quelques internautes triés sur le volet. Cela permet de façon maligne d'éviter les pannes d'inspiration, et de faire participer ses fans de la première heure. Mais ce qui m'a donné envie de prendre mon clavier, c'est l'arrivée d'un nouveau personnage sous le doux nom de Zara. Celle-ci amoureuse éperdue de notre héros à casquette, apporte un renouveau et une fraîcheur bienvenue. Effectivement, elle prend notre gamer pour un Roméo au verbe mielleux, alors que le contraire est bien plus vrai, avec son goût prononcé pour le dégoûtant. De plus, elle est amenée à côtoyer la soeur de Kid, et, du coup, on se régale d'avance des futures péripéties possibles. Le treizième tome portera tout de même malheur au Kid et à son auteur, qui après s'être lancé en 2009 avec sa propre maison d'édition, est à l'heure où j'écris ses lignes, racheté par Glénat. Mais, pour son retour en 2014, on ne peut que remercier ce dernier que Kid n'a pas encore fait « Game over » et que celui-ci a le droit à sa deuxième vie. Souhaitons-lui bonne chance pour le futur parcours semé d'embûches, dans le niveau à difficulté élevé du vaste monde de la bd franco-belge.
Kid Paddle le treizième, impose sa couverture verte dégoulinante des Blorks. « Slim project » en est le titre anglais sur un air de modernité voulu. L'auteur Midam, à travers Mad Fabrick, sa propre société d'édition, nous appelle pour …
damss
damss Publié le
3/5
Cela reste un bon moment servi toujours avec une couverture originale et soignée et avec une petite anecdote autour du dessin manga qui est assez amusante.