caricature Bernard Pivot

Le questionnaire de Bernard Pivot


De 1991 à 2001, Bernard Pivot présente Bouillon de Culture sur France 2.

À chaque invité, il administre un questionnaire de 10 questions inspiré du questionnaire de Marcel Proust dont l’objet est de révéler la personnalité du répondant.

En savoir plus

 

Pour BDfugue.com, les auteurs de bandes dessinées répondent à ce questionnaire auquel nous avons ajouté une onzième question !

 

 

Audrey Alwett Toute la bibliographie de Audrey Alwett

 

Le mot que vous préférez ?

Cucurbitacée. Voilà un légume qui malgré tous ses efforts ne pourra jamais être pris au sérieux.

 

Le mot que vous détestez ?

Lol. Les gens, arrêtez de dire ça. Ça me donne envie de tuer des petits chatons.

 

Votre drogue favorite ?

L'anko, c'est à dire la pâte d'azuki qu'on trouve dans les pâtisseries japonaises. C'est quasiment impossible à trouver à Aix-en-Provence, raison pour laquelle, chaque fois que je vais à Paris, je passe par le Toraya pour m'empiffrer de daifukus.

 

Le son, le bruit que vous aimez ?

Le rire de mon fils quand je lui ai manqué et qu'il me saute au cou.

 

Le son, le bruit que vous détestez ?

Les appels de mon fils au réveil, quand il estime avoir assez dormi, lui.

 

Votre juron, gros mot ou blasphème favori ?

Pute borgne (se prononce « Oh Puteuh borgneuh !). Les gens disent ça dans le Sud. Ils ne se rendent pas compte à quel point c'est merveilleusement exotique quand on débarque de Nantes, par exemple.

 

Homme ou femme pour illustrer un nouveau billet de banque ?

Sur les billets de cinq, Simone de Beauvoir parce que le billet de cinq c'est celui qui circule le plus.Sur les billets de dix, Élisabeth Vigée Le Brun pour l'amour de l'art.Sur les billets de vingt, la grande aviatrice Hélène Boucher. Sur les billets de cinquante, la grande orientaliste Judith Gautier. Ses romans se lisent encore aujourd'hui avec fluidité, bien dommage qu'elle soit oubliée par les programmes scolaires.Sur les billets de cent, Olympe de Gouges, guillotinée pour ses idées alors qu'elle était une des révolutionnaires les plus éclairées.Sur les billets de cinq cents, la célèbre courtisane Liane de Pougy, parce que durant tout le XIXe et jusqu'à la première guerre mondiale, il n'existait pas d'autre moyen pour une femme de gagner sa vie, qu'on soit officiellement blanchisseuse, danseuse ou actrice, tant on trouvait normal que le salaire d'une femme ne puisse pas subvenir à ses stricts besoins vitaux. J'aimerais que les gens qui ont l'opportunité d'utiliser des billets de cinq cents soient obligés de frayer avec les putes et contraints de se rappeler ce qu'était la condition de la femme il n'y a pas encore si longtemps.

 

Le métier que vous n'auriez pas aimé faire ?

Je l'ai déjà pratiqué le temps d'un été, en fait : le recouvrement amiable téléphonique (oui, c'est un oxymore). En trois mois de travail pour la Caisse d'Épargne, j'ai frisé le burn-out. On vous colle une pression abominable pour menacer des gens par téléphone. On exige de vous des pratiques pas très légales et vos résultats sont affichés publiquement dans l'open-space toutes les demi-heures. Si un jour un type entre dans un endroit pareil avec une mitrailleuse et abat tout le monde, et si je fais partie du jury censé le condamner, je me débrouillerai pour qu'il soit acquitté.

 

La plante, l'arbre ou l'animal dans lequel vous aimeriez être réincarné ?

Je vote contre l'immortalité, que ce soit par réincarnation ou autre chose.

 

Si Dieu existe, qu'aimeriez-vous, après votre mort, l'entendre vous dire ?

« T'avais raison, j'existe pas. Maintenant disparaissons. »

 

Vos 5 BD préférées ?

Alyssa, de Bauthian et Morse (drôle, vraiment grand public et intelligent. Qui dit mieux ?)

Pinocchio, de Winshluss (un grand moment qui ne se discute pas)

Trolls de Troy, d'Arleston et Mourier (ça a bercé mon adolescence et ça me fait toujours autant rire)

Zombillenium d'Arthur de Pins, même si j'ai aussi adoré sa Marche du crabeAmour, Passion et CX Diesel, de FabCarro, James et BenGrr (j'ai rarement autant ri en lisant une BD)

Les Derniers jours d'un immortel de Vehlmann et Bonneval, parce que Fabien l'a écrit pour moi (il ne le sait pas, mais en fait ce livre est pour moi)

Ça fait plus de cinq albums, mais je ne prétends pas savoir compter, pour le plus grand bonheur de mes éditeurs.